Bannière

Nombre d'or

Nombre irrationnel (1,618) qui représente le rapport entre deux grandeurs inégales telles que le rapport de la plus petite à la plus grande est égal au rapport de la plus grande avec le tout (l'addition des deux grandeurs). Il gouverne la plupart des tracés régulateurs de l'architecture grecque, romaine puis de l'architecture gothique; il était à la base de diagrammes secrets de mise en proportion qui se transmettaient de maître en compagnon, dérivés de la géométrie pythagoricienne et de sa symbolique des nombres. On le retrouve dans l'architecture et la peinture de la Renaissance, relié à la théorie des proportions de Planton. On l'appelle aussi Section Dorée ou Divine Proportion parce qu'il est considéré alors comme la marque divine qui, au cœur du monde créé, génère l'unité et l'harmonie par la définition d'un rapport idéal entre un tout et ses parties, notamment entre l'homme - le microcosme - et l'univers, le macrocosme.


En 1943,  au moment où les machines mondialisent la fabrication, se pose la nécessité de la normalisation de la construction. Partant des proportions humaines, Le Corbusier cherche un système de mesure universel susceptible de se substituer et de convertir facilement les deux systèmes en vigueur - anglo-saxon et décimal - dont l'incompatibilité nuit à l'efficacité des échanges internationaux. Il redécouvre le nombre d'or et invente le Modulor, grille de proportions qui en combinant la divine section et les dimensions du corps génère l'enchaînement des mesures. Pour Le Corbusier, le Modulor répond à ses objectifs fonctionnels tout en plaçant symboliquement l'homme et l'harmonie au cœur de la géométrie architecturale. Il l'utilise notamment dans son projet pour le siège des Nations-Unies à New York et l'Unité d'habitation de Marseille.
Le Modulor ne connut pas le succès universel dont Le Corbusier rêvait, notamment parce qu'à la même époque, l'organisme officiel, l'Association Française de Normalisation (AFNOR), dans une démarche plus simpliste définissait le système fermé des standards par l'adoption de moyennes.


De façon ponctuelle, de nombreuses tentatives sont faites pour utiliser le nombre d'or dans la construction, pour son intérêt dans le domaine des proportions, sans arrière-plan sacré.

 

Voir aussi proportions


Mise à jour le Mercredi, 14 Décembre 2011 12:00